Auteur Sujet: Cycle solaire 24  (Lu 70688 fois)

Hors ligne VE2PID Pierre

  • Membre guru
  • *****
  • Messages: 4 322
  • Elecraft K2/100/5170 KX1/442 KX2/1464 KX3/190
Re : Cycle solaire 24
« Réponse #45 le: 08 Mai 2011, 11:34:01 »
. Ce tableau donne des 'statistiques' sur tous les cycles solaires compilés depuis le début des observations en 1755. Même si le cycle 23 (qui a pris fin en décembre 2008) a été relativement long avec une durée de 12,6 années, la moyenne de 11 ans qui est citée dans les examens de base en RA est toujours valide.

Au total, la moyenne des cycles a été de 11,1 ans (variant entre 9 et 13,7). On voit aussi les nombres max et minimum de taches (pondérés) par cycle.
____________________________________________________________________________________________________________________
CycleDébutFinDurée (ans)Maximum de taches (Pondéré)Minimum de taches (Pondéré)
1Mars 1755Juin 176611.386.511.2
2Juin 1766Juin 17759115.87.2
3Juin 1775Septembre 17849.3158.59.5
4Septembre 1784Mai 179813.7141.13.2
5Mai 1798Décembre 181012.649.20
6Décembre 1810Mai 182312.448.70.1
7Mai 1823Novembre 183310.571.57.3
8Novembre 1833Juillet 18439.8146.910.6
9Juillet 1843Décembre 185512.4131.93.2
10Décembre 1855Mars 186711.397.35.2
11Mars 1867Décembre 187811.8140.32.2
12Décembre 1878Mars 189011.374.65
13Mars 1890Février 190211.987.92.7
14Février 1902Août 191311.564.21.5
15Août 1913Août 192310105.45.6
16Août 1923Septembre 193310.178.13.5
17Septembre 1933Février 194410.4119.27.7
18Février 1944Avril 195410.2151.83.4
19Avril 1954Octobre 196410.5201.39.6
20Octobre 1964Juin 197611.7110.612.2
21Juin 1976Septembre 198610.3164.512.3
22Septembre 1986Mai 19969.7158.58
23Mai 1996Décembre 200812.6120.8 (Mars 2000)1.7
24Décembre 2008
Moyennes11.1114.15.8
____________________________________________________________________________________________________________________

Hors ligne VE2VAE Christian

  • Membre sénior
  • ****
  • Messages: 426
Re : Cycle solaire 24
« Réponse #46 le: 09 Mai 2011, 14:11:21 »
Hello Pierre,

Interessant ce tableau.

J'ai deja lu quelque part, et on en as meme deja parlé au planetarium Dow, dans un spectacle intitulé "Les coleres du Soleil", qu'en plus des cycle d'environ 11 ans, il y a probablement aussi un ou des grands cycle, plus long, d'imbriqués.

Par exemple, entre chaque cycle plus court que la moyenne (ceux de 9 ans) il s'ecoule environ 6 autres cycles. Mais une etoile, c'est pas un chaudron de soupe, mais si on peut faire quelques parallelles. ;-) Un peu comme la météo, je pense qu'il y a toujours une multitude de facteurs qui entrent en ligne de compte.

Il serait quand meme interessant de mettre sur un graphique la duree de chacun des cycle (axe vertical) et le numero du cycle (axe horizontal). Les 24 points representant les 24 cycles connus ne formeraient pas une courbe sinusoidale parfaite, mais quand meme... Il semble y avoir une certaine regularitee globale...

A faire lors d'une prochaine journée de pluie.  :P
« Modifié: 09 Mai 2011, 14:21:09 par VE2VAE Christian »

Hors ligne VE2PID Pierre

  • Membre guru
  • *****
  • Messages: 4 322
  • Elecraft K2/100/5170 KX1/442 KX2/1464 KX3/190
Re : Cycle solaire 24
« Réponse #47 le: 09 Mai 2011, 21:25:29 »
Il serait quand meme interessant de mettre sur un graphique la duree de chacun des cycle (axe vertical) et le numero du cycle (axe horizontal). Les 24 points representant les 24 cycles connus ne formeraient pas une courbe sinusoidale parfaite, mais quand meme...

J'ai fait le graphique, mais à priori, il n'y a pas de tendance ni de régularité détectable (voir en bas de ce message). Il faut dire que même si les données sont compilées depuis 1755 (256 ans), c'est un échantillon infime compte tenu de l'age du soleil (4 500 000 000 ans). 256 ans, c'est rien en comparaison, et on ne peut pas conclure que le 11 ans a toujours été, ni ne sera, la 'norme'...

Hors ligne VE2VAE Christian

  • Membre sénior
  • ****
  • Messages: 426
Re : Cycle solaire 24
« Réponse #48 le: 10 Mai 2011, 00:24:28 »
J'vas dire comme toi Pierre... La seule chose qui est reguliere, c' est l'irregularité. Hi, hi.

Je m'attendais a ce qu'on ait quelque chose de plus sinusoidal... B'en non. Meme pas.

Y as meme plusieurs cycles de suite, ou c'est quasiment un plateau. Les cycles 15 a 22 par exemple ( a part une legere hausse pour le 20 ieme). Ils ont quasiment toujours la meme durée. Et puis par periode, ca deviens plus variable: un cycle est court et le suivant plus long.


La seule chose qu'on peut predire a propos du cycle 24... c'est qu'il vas porter le numero 24.  :P


Avec quoi as tu fais ton graphique, Pierre ?
« Modifié: 10 Mai 2011, 00:29:48 par VE2VAE Christian »

Jean-Pierre VA2SG

  • Invité
Re : Cycle solaire 24
« Réponse #49 le: 10 Mai 2011, 07:14:14 »
Il y juste un point. Je sais pas quelle précision les observations du 18e siècle avaient. Qui les a faites? Dans quelles conditions? Mais en gros, les chiffres, la courbe,  semblent tout à fait logiques compte tenu que un segment de 300 ans pour cet astre représente à peine un centième de seconde de l'existence d'un être humain, et même là, j'exagère probablement...
« Modifié: 10 Mai 2011, 07:22:57 par VA2SG Jean-Pierre »

Hors ligne VE2PID Pierre

  • Membre guru
  • *****
  • Messages: 4 322
  • Elecraft K2/100/5170 KX1/442 KX2/1464 KX3/190
Re : Cycle solaire 24
« Réponse #50 le: 10 Mai 2011, 08:32:17 »
En passant, le terme 'sunspot' qui est utilisé depuis le cycle de 1755 pour quantifier les cycles solaire n'équivaut pas à 'tache solaire'. Par exemple, pour la journée d'hier, 09 mai 2011, le 'sunspot number' était de 93, alors que l'on observait 33 taches solaires.

Pourquoi? L'explication vient de la définition de l'inventeur du terme 'sunspot' par Johann Rudolf Wolf (1816-1893). Pour tous les cycle solaire, le 'sunspot number' R est obtenu par la formule R = t + 10g où t est le nombre de tache et g est le nombre de groupes contenant ces taches.

En utilisant cette formule pour la journée d'hier, on observait que les 33 taches solaires étaient contenues dans 6 groupes ou régions distinctes.

Donc, R = 33 + 10*6 = 93.

La NASA identifie ces région par un nombre comme par exemple pour hier, la première région portait le numéro 1203. La répartition était la suivante selon les régions:
RégionTaches
12031
12043
12089
12095
121013
12112
----
Par conséquent, le plus petit 'sunspot number' non nul possible est 11 (1 tache dans une région) et on n'aurait jamais un 'sunspot number' compris entre 1 et 10.
Tous les graphiques, bouquins et références concernant les cycles solaires sont basés sur ce R, le sunspot number, et non sur le nombre de taches individuelles.
-----
Je n'ai pas trouvé de terme français pour désigner 'sunspot'. Le terme 'tache solaire' n'est pas, à mon avis, une bonne traduction comme on peut le constater.

Les curieux trouveront une foule de références pour ce sujet en 'Googlant' comme par exemple  http://fr.wikipedia.org/wiki/Cycle_solaire

Pour Christian, j'ai construit le graphique précédent avec Microsoft Excel.

PS: Aux amateurs de portable dans la nature en QRP ou autrement, ne pas oublier le chapeau et la crème solaire...
« Modifié: 10 Mai 2011, 21:49:19 par VE2PID Pierre »

Hors ligne VA2JOT Jacques

  • Membre guru
  • *****
  • Messages: 3 825
Re : Cycle solaire 24
« Réponse #51 le: 10 Mai 2011, 10:38:24 »
Jean-Pierre,
                  La première étoile double fur découverte en 1610 par Martino Horky à l'aide du télescope qui lui fut offert par Gallilée. Ca faisait donc déjà 200 ans qu'avait débuté l'inventaire de la voûte céleste.

Même si la photographie n'avait pas encore été inventée, Il ne faillait qu'une pièce "noire" et un micro trou pour projeter l'image du soleil sur une surface unie et compter les taches ou faire des calques de l'astre.

...

Hors ligne VA2JOT Jacques

  • Membre guru
  • *****
  • Messages: 3 825
Re : Cycle solaire 24
« Réponse #52 le: 11 Mai 2011, 06:19:38 »
Je n'ai pas trouvé de terme français pour désigner 'sunspot'. Le terme 'tache solaire' n'est pas, à mon avis, une bonne traduction comme on peut le constater. Pierre, es-ce la traduction du terme ou le contexte qui cloche? Dès qu'on s'embarque dans la pondération des données les choses s'embrouillent. C'est comme le facteur humidex ou de refroidissement pour les températures. Sunspot / tache solaire expriment très bien le phénomène.

Sunspot index / indice des taches solaires sont des données qui n'ont rien à faire avec le nombre réel de taches. Le hic c'est que les gens méprennent l'un pour l'autre.

En passant, l'émission Le Code Chastenay d'hier soir parlait justement de ce phénomène et des efforts d'un groupe de recherche de l'U de M à développer un modèle prédictif de la marmite de plasma et la dynamo magnétique de l'astre.


...

Hors ligne VE2PID Pierre

  • Membre guru
  • *****
  • Messages: 4 322
  • Elecraft K2/100/5170 KX1/442 KX2/1464 KX3/190
Re : Cycle solaire 24
« Réponse #53 le: 11 Mai 2011, 09:03:28 »
Pierre, es-ce la traduction du terme ou le contexte qui cloche?

C'est qu'il est très facile de traduire 'sunspot' par tache solaire... et par conséquent de traduire 'sunspot number' par 'nombre de taches solaires', mais c'est faux. Il faudrait trouver une meilleure traduction comme 'indice des taches solaires' qui est une expression composée mais qui serait correcte.

Exemple: Pour hier, 10 mai 2011, on avait 5 régions contenant chacune respectivement 1, 2, 3, 8 et 16 taches. Donc:
Nombre de taches solaires: 30
'Sunspot number' (ou indice des taches solaires) : 5*10 + 30 = 80

Ces données sont publiées chaque jour dans un tableau à l'adresse http://www.swpc.noaa.gov/ftpdir/latest/SRS.txt

C'est ce "80" qui sera retenu et archivé comme référence historique (ça se fait depuis 1755) pour décrire ce moment du cycle 24, et non pas le nombre réel de taches.

Sans connaitre la raison exacte de l'utilisation de cette formule, je pense que le 'sunspot number' est un indice plus riche que le simple décompte des taches solaires, et que c'était probablement l'opinion de Wolf. Pour une même nombre de taches, le fait qu'elles soient réparties dans plusieurs régions plutôt qu'en une seule indique une activité solaire plus intense. Le 'sunspot number' tient compte de cette nuance.

Hors ligne VE2VAE Christian

  • Membre sénior
  • ****
  • Messages: 426
Re : Re : Cycle solaire 24
« Réponse #54 le: 12 Mai 2011, 21:55:22 »
Je sais pas quelle précision les observations du 18e siècle avaient. Qui les a faites? Dans quelles conditions?

Pierre, je me suis déjà passionné pas mal d'astronomie et déjà au 17 et 18 ieme siecle, ils commencent a avoir des instruments capables ainsi qu'une methode scientifique. A cette epoque, a l'observatoire astronomique de Paris, on retrouve les grands noms qui passeront a l'histoire et on y vas de découverte en découverte.

Par exemple, en 1675, déjà, Romer fait une premiere estimation de la vitesse de la lumiere en observant les phenomene d'eclipse d'une des lunes de Jupiter (Io). Ca, sa veut dire que ca te prends egalement un moyen precis de mesurer le temps (a la minute près), entre deux observation distante de plusieurs mois.

Une petite citation a propos de l'observation de taches solaire aux alentours du 17 e siecle :

1645-1705: Les taches solaires disparaissent

L'observation des taches solaires se poursuivit de manière plus ou moins continue durant le dix-septième siècle, les astronomes les plus actifs dans ce domaine étant l'allemand Johannes Hevelius (1611-1687) et le francais Jean Picard (1620-1682). Cependant, très peu de taches furent observées entre 1645 to 1705, au point où l'apparition d'une taches était souvent notée comme un "événement" par les astronomes solaires. Durant cette période, un programme systématique d'observations du soleil avait été mis sur pied par Jean Dominique Cassini (1625-1712) au tout nouveau Observatoire de Paris, la majorité des observations étant toutefois effectuées par Picard et plus tard par Philippe La Hire. Les reconstructions historiques démontrent que ce déficit d'observations de taches solaires n'est pas du à un manque d'assiduité ou de compétence de la part des astronomes solaires de l'époque, mais est bel et bien réel. Une baisse marquée dans le nombre d'aurores boréales observées durant cette même époque suggère que l'activité solaire en général était également fortement réduite.

Cette période d'activité solaire réduite est maintenant connue sous le nom de Minimum de Maunder, en honneur de l'astronome E.W. Maunder qui, poursuivant les études historiques entreprises par Gustav Spörer (1822-1895), documenta en détail le déficit de taches solaires dans les observations des astronomes actifs durant la seconde moitié du dix-septième siècle.


source : Grands Moments de la Physique Solaire
http://www.astro.umontreal.ca/~paulchar/grps/histoire/newsite/sp/great_moments_f.html

Il va de soi que Cassini devait confier l'observation du Soleil a une autre equipe, puisque lui etait deja occupé a observer la lune. Il faut bien dormir un moment donné. La carte de la lune que nous avons encore aujourd'hui, c'est a dire avec le systeme de nomenclature qui vient avec (le noms des mers, crateres, etc) nous vient en majeure partie de Cassini, et de cette époque.


Autre citation du meme site :

1843: Le cycle des taches solaires
 
Les premiers astronomes à observer systématiquement le Soleil au télescope notèrent le fait que les taches solaires n'apparaissent que très rarement à l'extérieur d'une bande latitudinale large d'environ ± 30° centrée sur l'équateur. Ils ne détectèrent cependant aucune autre régularité dans l'apparition et disparition des taches solaires.
En 1826, un astronome amateur allemand, Samuel Heinrich Schwabe (1789-1875), se lanca dans un programme d'observation solaire visant à découvrir des planètes intra-mercuriennes, dont on conjecturait l'existence depuis déjà des siècles. Comme bien d'autres avant lui, Schwabe comptait découvrir de telles planètes via leur transit devant le disque solaire en phase de conjonction. La difficulté principale associée à cette approche est le danger de confondre un tel transit avec le passage d'une tache solaire. Schwabe se mit donc à dessiner toutes les taches solaires visibles sur le disque solaire, chaque matin où la météo le permettait, et à mesurer avec précision leur position, dans l'espoir de découvrir une petite tache ronde se déplacant à une vitesse différente. En 1843, après 17 ans d'observations, Schwabe n'avait pas découvert une seule planète intra-mercurienne, mais avait découvert autre chose de grande importance: la variation cyclique dans le temps du nombre moyen de taches solaires visibles sur le soleil, avec une période de variation que Schwabe estima à 10 ans.
« Modifié: 12 Mai 2011, 22:08:45 par VE2VAE Christian »

Hors ligne VE2PID Pierre

  • Membre guru
  • *****
  • Messages: 4 322
  • Elecraft K2/100/5170 KX1/442 KX2/1464 KX3/190
Re : Cycle solaire 24
« Réponse #55 le: 12 Mai 2011, 22:36:55 »
Cette période d'activité solaire réduite est maintenant connue sous le nom de Minimum de Maunder...

Ce graphique illustre cette période de 1645 - 1705. Qui sait, peut être que ces intervalles d'activité réduite se répètent à moyen terme, et qu'il y en aura d'autres...

 

Hors ligne VE2PID Pierre

  • Membre guru
  • *****
  • Messages: 4 322
  • Elecraft K2/100/5170 KX1/442 KX2/1464 KX3/190
Re : Cycle solaire 24
« Réponse #56 le: 13 Mai 2011, 09:30:51 »
Commentaire intéressant lu sur QRZ ce matin:

Solar Flux Index Drops Below 100 Again

 On Tuesday May 10, 2011 the daily solar flux index (SFI) fell below 100  (97.5) for the first time since March 22, 2011. During this month the daily  sunspot count has been as high as 90 but the sunspot groups have for the  most part been small, weak and magnetically simple.

 Radiowave propagation continues good on 15 and 12 meters but has become a  bit more sporadic on 10 meters. 6 meters is seeing more and more sporadic E
 (Es) openings as we enter the traditional northern hemisphere warm season  pattern.

 For now the sun has returned to it's quiet state as we experienced in early 2011 on back. Even as solar cycle 24 continues it's rise to a smoothed  sunspot number (SSN) maximum of ~95 in December 2013, we will continue to  see periods of abnormal sunspot production with groups small, weak and  magnetically simple.

 Several years ago all government, university and private entities were  forecasting a very large solar cycle 24. As a now retired Solar & Space  Plasma Physicist as well as a Meteorologist/Climatologist I was the only one  forecasting a weak one. Unfortunately so far my forecast has been correct as  I still believe the sun is headed for a Maunder type minimum in solar output  and a continued cooling of earth's climate. *

 73 & GUD DX,
 Thomas F. Giella, NZ4O
 Lakeland, FL, USA
solarcycle24@tampabay.rr.com

 NZ4O Solar Space Weather & Geomagnetic Data Archive:
http://www.solarcycle24data.org
 NZ4O HF/6M Radiowave Propagation Forecast: http://www.solarcycle24.org

* Bon contrepoids au réchauffement climatique..??

Jean-Pierre VA2SG

  • Invité
Re : Cycle solaire 24
« Réponse #57 le: 13 Mai 2011, 09:41:42 »
Ca me rappele les semaines ou l'expression Maunder minimum revenait souvent sur internet. Oh que je m'ennuie pas de ce temps là.

Hors ligne VE2PID Pierre

  • Membre guru
  • *****
  • Messages: 4 322
  • Elecraft K2/100/5170 KX1/442 KX2/1464 KX3/190
Re : Cycle solaire 24
« Réponse #58 le: 13 Mai 2011, 20:16:22 »
Peut importe le terme utilisé, c'est triste

C'est triste pour les bandes dites 'hautes', mais les bandes de 17 m en descendant s'en ressentent moins, et sont peu affectées par les variations des cycles. J'ai fait aujourd'hui avec mon FT817 portable (5W/CW) l'Espagne EA2IF (20 mètres) et la Guinée-Bissau J57VHZ (17 mètres) malgré un QRN infernal (orages atmosphériques).
..
Concernant un minimum de Maunder à venir, la seule documentation historique réfère à celui qui s'est produit entre 1645 et 1705, soit bien avant l'invention de la radio. Par conséquent, on ne peut faire que des hypothèses concernant le comportement des bandes radio dans ces conditions, puisque l'on a aucune donnée sur la propagation pour cette époque (XVII ième siècle)...
« Modifié: 13 Mai 2011, 21:18:42 par VE2PID Pierre »

Hors ligne VA2JOT Jacques

  • Membre guru
  • *****
  • Messages: 3 825
Re : Cycle solaire 24
« Réponse #59 le: 14 Mai 2011, 07:05:37 »
Par conséquent, on ne peut faire que des hypothèses concernant le comportement des bandes radio dans ces conditions, On a quand même plus que de pures hypothèses sur ce que peuvent être les conditions. On n'a qu'à imaginer pire que ce que nous avont vécu pendant l'interminable passage du 23è au 24è cycle.